Vous êtes ici : Les Patrons Carnet de route Resumé depuis Bamako English Arabic Chinese (Traditional) German Italian Portuguese Russian Spanish
 
 

Resumé depuis Bamako

PDFImprimerEnvoyer

Samedi, 07 Mai 2011 00:00 Les « Patron » 1831 Clics

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Pourquoi ne pas avoir ecrit d'articles depuis trois semaines ?

 

la réponse à cette question est longue et un peu compliquée, vous l'aurez à la fin de cette article car ces trois semaines ont été riches en péripéties. Nous rassurons tout le monde, nous n'avons pas été enlevé par al-quaida!!! mais nous avons eu notre dose d'adrénaline suite à nos aventures. La première se passe à la sortie même de Bamako, pour être plus précis au péage de la sortie de Bamako.

 

Y A LE FEU AU CAMION !

 

Je tiens d'abord à préciser que tout va bien pour tout le monde et que le camion est totalement vivable !!! En arrivant au péage , je remarque dans mon rétroviseur, une fumée sortant du cul du camion. Nous descendons et comprenons que l'intérieur du camion est envahie de fumée. je rentre et commence à paniquer car je trouve pas les chiens et ils ne me répondent pas. Je continue à les chercher dans la fumée sans résultat. Une flamme apparait dans le coin supérieur de la cuisine et là tout se passe trés vite et je vais juste décrire les circonstances qui font que tout s'est bien finit et que nous sommes passé pas loin de la catastrophe !!!

- Déjà le fait qu'il y est un péage à cet endroit, ce qui me permet d'intervenir avant que le camion soit déjà en feu

- Julie qui avait coupé le gaz avant de partir

- le douanier mauritanien qui me demande de mettre une couverture devant la niche des chiens pour cacher les sacs de croquettes (pour qu'on ne croit pas que j'allais en faire commerce) CELA A SAUVER LES CHIENS, ILS SE SONT RÉFUGIÈS DERRIERE LA COUETTE A L'ABRI DE LA FUMEE

- Un policier nous ramène un exctinteur en courant - Francky me le dégoupille et me le donne juste après que le feu se déclare (c'est grâce à ça qu'il n'y a pas tant de dégats)

- Yonyon qui nous ramène le second exctinteur (à nouveau dégouipiller par Francky) juste quand le feu commence à arriver vers les batteries.

- Les pompiers du Sénégal (ne me demandait pas ce qui foutaient à Bamako), qui ont terminé d'éteindre les points chauds du camion et ont mis en sécurité le camion.

Bref, une bonne aventure dont on se serai bien passé, mais qui nous prouve que l'Afrique met à mal les véhicules et l'explication de cet incendie vient de là. En effet, cela vient de deux cables 12 volts qui à force de secousses se sont dénudés et touchés derrière l'isolation. cela a chauffé, et avec la chaleur de là-bas, voilà le résultat.

Autant vous dire qu'on avait le moral à zéro, et que si nous aurions été seul, je pense que cela aurait été un motif de retour direct. Mais heureusement, nous ne sommes pas seul et Francky et Yonyon ont grave géré. Car nous aurions surement péter un cable mais ils ont su nous remonter le moral et grâce à eux pu nettoyer le gros du camion le lendemain (la suie et la poudre d'exctinteur, c'est la merde). Merci encore à eux qui nous aurons fait relativiser et nous ont totalement aidé à vivre jusqu'à Dakhla car nous n'avions plus de pompe à eau, de gaz et d'électricité.

L'essentiel est qu'il n'y ait eu que des dégats matériel et que personne n'est été blessé. Nous avons donc un nouvel objectif refaire un nouveau camion (je vous rassure encore que l'aménagement).

La route jusqu'en Mauritanie Après la journée de nettoyage, nous repartons direction la Mauritanie car nous sommes plus qu'à quelques jours de la fin des visas maliens. Sur la route nous croisons une sacrée famille bien organisée avec qui nous passons la soirée dans la brousse. Pourquoi une sacrée famille, tout simplement car Catherine et Philippe ainsi que leurs cinqs enfants sont partis en camping-car et franchement ils sont biens organisés car je me suis imaginé avec mes parents, mes frères et soeurs et ben cela ne se passerait pas aussi bien qu'eux, c'est sur ! Malheuresement , ils doivent quitter l'Afrique à cause des problèmes en ce moment et nous devrions recroiser cette sympathique famille.

Nous retrouvons Jojo, qui été parti à Kayes, nous faisons quelques courses à Nioro et direction la frontière avec son lot de papiers. La frontière malienne se passe très rapidement et nous commençons à nous rendre compte que nous sommes parti du Mali (en tout cas moi, ça fait chier), il faut bien rentrer mais encore un peu de temps là-bas ne m'aurait pas déplu !! Le Mali aura été une très bonne expérience que je conseillerai à tout le monde pour voir les choses à l'africaine. (le retour va être dure)

 

La route de l'espoir

 

La frontière se passe sans aucun problème et assez rapidement, mais juste après la frontière, nous comprenons que (comme nous l'avez préciser François), nous commençons les contrôles de police et de gendarmerie (la douane est plutôt cool et ne s'occupe pas de nous, nous laisse passer). cela sur 960 kms, nous aurons en moyenne un contrôle tous les trentes bornes. Nous pouvons vous l'affirmer, il ne peut rien arriver en Mauritanie tellement nous sommes contrôlé. Nous remarquons aussi que nous sommes sortis de l'Afrique pour le début du Maghreb, par rapport aux contacts avec les gens. Cette route nous fait passer par de magnifiques endroits avec un pincement au coeur pour nous qui ne pouvons pas en profiter, on peut pas passer la nuit là où ont veut, nous devons le faire au contrôle de police sur la route.

Du coup nous attaquons des journées de route pour arriver au Maroc avec une portion de 150 kms avec pas mal de trous. Nous arrivons à la frontière et effectuons les papiers assez rapidement et me permet de remercier le douanier pour la couette qui a sauvé les toutous. Nous passons le no man's land et arrivons à la frontière marocaine.

Le Maroc

 

Nous arrivons à la frontière marocaine avec ses joies et sa lenteur. De bureau en bureau, fouille des véhicules, scanner, puis refouille des véhicules. Nous faisons cela pendant quelques heures et nous sortons tous dans l'aprem. Nous refaisons tous du gazoil (5 dirhams 20 (47 cts d'euros) le litre) et nous refaisons un petit plein de vivres pour tenir jusqu'à Dakhla.

Nous sommes surpris, il y a du vent et il fait froid, cela nous est pas arrivé depuis des mois. Nous avons remis des pulls et des pantalons !!! La route jusqu'à Dakhla se fait sans encombre et avec un paysage qui se répéte. Une fois arrivé à Dakhla, on va à la quincaillerie et séance répartion pour le camion. Au bout de deux jours, nous avons à nouveau l'eau, l'électricité et le gaz. Nous retrouvons notre petite maison et les joies de l'électricité (refaire de la musique, la télé,...). Nous retrouvons notre famille en camping-car avec qui nous passerons trois jours très agréable au bord de mer. Nous retrouvons la bonne bouffe marocaine et on se rattrape des derniers mois.

Mais le sort s'acharne un peu et juste avant Dakhla le camion commence à faire un bruit bizarre. Il y a un silent bloc qui est pourri ainsi que l'embrayage qui est bien fatigué. Nous ferons les réparations à Agadir au prix marocain (heureusement que ça ne nous est pas arriver sur la route de l'espoir). Nous pensions déjà faire l'embrayage au maroc, là on aura pas le choix !!! Faut bien le prendre en même temps c'est les premières pannes du camion depuis 40 000 kms !!!

Nous reprenons la route pour profiter plus du nord du Maroc roulons jusqu'à Guelmin où nous nous posons pour profiter des eaux thermales à 38°. Nous nous rapprochons d'Agadir ou nous allons remettre à neuf le camion. Nous avons eu donc trois semaines avec des événement pas forcément super cool !!!

Mais nous sommes quand même heureux de pouvoir continuer cette aventure qui nous réserves encores quelques surprises.

Joomla SEO powered by JoomSEF