Vous êtes ici : Carnets de route Maroc (2008-09) On ce fait emmerder sur la route English Arabic Chinese (Traditional) German Italian Portuguese Russian Spanish
 
 

On ce fait emmerder sur la route

PDFImprimerEnvoyer

Jeudi, 29 Janvier 2009 01:00 2604 Clics

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Contrôle de police à Tan-Tan

phoca_thumb_m_27 ksar tafnidiltDans l'après midi , de retour à Tan-Tan les premiers problèmes sur la route on commencé avec un contrôle sur le camion à Don pour un stop non marqué alors que tous les marocains passaient comme si il n'existait pas. Après refus de payer les 400 dirhams (40 euros) pour discrimination touristique le chef de la police est arrivé. C'est repartit pour de longues minutes de dialogue de sourd et à la fin les papiers ont été rendus sans amende à payer.

Quelques heures plus tard dans la même ville et en début de soirée, ça à été à mon tour de passer au contrôle pour un soit disant stop non marqué... alors qu'on avait bien compris la leçon.

Le stop a bien été marqué mais derrière le mur où ce trouvait le flic. Au début j'ai préféré rentrer dans son jeu pensant que ce serait réglé avec un simple sermons mais ça à commencé à envenimer quand il m’à pris les papiers avec 400 dirhams à payer. De nouveau ça a été refus catégorique et protestation bien bruyante dans la rue.

J'ai même indiqué plusieurs voitures qui ne s'arrêtaient pas au stop pour bien lui montrer qu'il avait choisi sa victime. Au bout d'un moment il à été un peut obligé d'arrêter quelques voitures mais leurs affaires étaient réglée d'un simple au revoir.

Ksar TafnidiltAu final le même chef de police est venu me rejoindre au même moment que mon ami Don venu pour m'aider. C'est repartit pour de très longues minutes d'explication en leur disant que je ne comptait et ne pouvait pas payer mais je pouvais leur troquer des légumes en échange.

On a commencé à s'énerver et à menacer de contacter l'ambassade, qu’il n’était pas normal de ce faire harceler alors que le code de la route avait été respecté et que ce n'était pas parce que le stop était marqué hors de vue du flic qu'il n'avait pas été marqué.

Au bout d'une demie heure de discutions, le chef très énervé et après avoir essayer plusieurs menaces à fini part me rendre les papiers presque en me les jetant mais je n'ai pas payer ces foutu 400 dirhams makis je suis sur que les vieux en camping-car doivent passer à la casserole assez facilement.

Gasoil de contrebande

Dans le sud Maroc, beaucoup de produits sont détaxé comme les cigarettes et le gasoil. Il y a donc du trafic entre le sud Maroc et les provinces limitrophes comme la province de Tan-Tan. Au lieu de payer 7,40 dirhams le litre est facturé 5 dirhams avec possibilité de troc. C’est servi grâce à des bidons de 30 litres transvasé dans les réservoirs. Il faut juste garder l'oeil sur les quantités réellement servies mais ils n'ont pas essayé de tricher et même inversement montre bien les bidons plein et les bidons vides utilisé pour que tu contrôles.

Coté troc, il y à eu de tout comme des leurs VHS, un pc portable sans batterie et tout bugué, des appareils ménagé et j’en passe plein. En gros c’est des objets qu’on pourrait acheter dans les puces en France pour une bouchée de pain.

Avec le recul, il est vrai que le gasoil est moins cher mais la qualité est inférieure. Juste suffisant pour les vieux véhicules et les gros moteurs mais à éviter pour les moteurs récents.

Accident à Guelmin

De retour de Tan-Tan un fourgon nous à doublé à toute vitesse et c'est arrêté un peut plus loin pour la prière de l’après midi.

Dromadaire dans le campPlusieurs dizaines de kilomètres plus loin aux portes de Guelmin, un poids lourd bloqué au milieu de nos véhicules a commencé à déboîter. Au même moment le même fourgon, sa prière fini, est arrivé à fond de balle en train de doubler toute la file de véhicule située derrière nous. Il est arrivé au niveau du poids lourd au même moment où ce dernier a commencé à déboîter.

Le fourgon a commencé à ce déporter sur la gauche mais les routes du Maroc sont assez étroites et celle ci était bordée par des descentes de talus de plus de 3 mètres. En voyant le vide ce rapprocher très dangereusement de lui, il a donné un grand coup de volant sur la droite lui faisant un tête-à-queue juste devant le poids lourd et finissant dans le camion à Tom.

Sans le camion de Tom, il aurait fini dans le ravin situé à droite de la route. Le chauffeur dès sa sortie de véhicule c'est agenouillé par terre et à commencé à prier en embrassant la terre... c'était pas son heure de mourir Inch Alla.

Négocie tes réparations

Rapidement on à demandé de l'argent pour les réparations comme le fond les marocains quand on les accroche mais avec 200 dirhams (20 euros) proposé on ne risquait pas d'aller loin. On a demandé 3000 dirhams pour payer tout ça et le chauffeur c'est braqué, impossible d'en sortir quoi que ce soit.

Coté papiers on à découvert l'inutilité d'une assurance véhicule quand on est à l'étranger. Il faut faire un dépôt de plainte auprès de la police qui n'a pas voulu venir, contacter l'assurance à plus de 600 km et payer une bonne grosse franchise. Les réparations étant remboursés plusieurs mois après à condition que l'autre véhicule soit assuré sinon il faut s’arranger avec le fautif.

Au bout d'une heure, un ami garagiste du conducteur est arrivé et a commencé à évaluer les dégâts pour les prendre en charge chez lui. Tom à bien essayé d'exagérer les dégâts en fessant tourner la roue arrière avec le frein à mains légèrement serré mais Hassan (le mécanicien) et vite compri l'astuce.

Mieux vaut s'arranger

Au final on avait le choix entre faire jouer l'assurance en passant chez les flics et leur lâcher un bakchich sans oublier la franchise pour l'assurance, les avances des réparations ou bien de s'arranger pour une réparation gratuite.

Le second choix à été un très bon choix, on c'est régalé au garage et on à appris quelques bonnes méthodes pour redresser les tôles. Ils ont percé la tôle aux creux des pliures, placés des vis et tirer dessus avec un fil de fer et un pied de biche (sans oublier le marteau de carrossier) ils ont redressé doucement toute la tôle en moins d’une heure et rebouché les trous au chalumeau.

Un bon coup de mastique et de ponçage avec au passage une reprise de tous les points de rouille sur le coté du camion on été nécessaire avant les deux coups de peinture. Le camion était magnifique, bien plus beau qu'avant.

Ce n’était pas la première fois mais les marocains nous on font bien mentir l'expression "c'est du travail d'arabe". Un peut partout, ils travaillent très vite, avec la bite et le couteau et la qualité est à la hauteur du prix payé. C'est de sacré démerdard et de bon bosseur, ils font du travail qu'un mécanicien français refuserai car trop compliqué.

Repos

Après toutes ces histoires, on c'est arrêté dans un très beau camping près de Guelmin, pas trop loin des thermes où l'on peut ce baigner.

Couché de soleilIl suffit de repartir vers Tiznit et à 4 ou 7 kilomètres sur la droite, il y a un panneau indiquant la ville de Abeynou ou bien les thermes. Arrivé au village, ignorez les premiers camping pouet-pouet et filez sur le chemin en terre en face.

Au bout de 2 kilomètres il y a un camping isolé sur la droite. Le cadre est magnifique et les prix tout à fait correct. C'est un camping qui est fréquenté par les marocains du nord pendant l'été ce qui en fait tout son charme un peut moins occidental que les autres et leur couscous est excellent.

Carte et points GPS

Une carte retraçant les emplacements de toutes nos aventures est disponible ci dessous. Elle est également disponible en téléchargement

Joomla SEO powered by JoomSEF