Vous êtes ici : Virus Fièvre jaune English Arabic Chinese (Traditional) German Italian Portuguese Russian Spanish
 
 

La fièvre jaune

PDFImprimerEnvoyer

Mis à jour (Vendredi, 03 Décembre 2010 12:00) Percherie 2233 Clics

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Épidémiologie

La maladie est provoquée par un arbovirus de la famille Flaviviridae (qui comprend également la dengue, l'encéphalite de Saint Louis et le virus du Nil occidental). C'est un des plus petits virus à ARN que l'on ait réussi à isoler chez l'homme.

Les moustiques sont le vecteur principal de la maladie par transmission des singes à l'homme et par transmission d'homme à homme. Les moustiques impliqués sont Aedes simpsoni, Aedes africanus, et Aedes aegypti en Afrique, ainsi que les Haemagogus et Sabethes. Il y a une différence entre les symptômes de la maladie dans des secteurs ruraux et dans les villes. Les symptômes de la maladie dans les villes et chez les personnes d'origine étrangère sont habituellement plus sérieux.

Manifestation clinique

L'incubation muette, très courte, 5 jours, est suivie d'une invasion brutale avec malaise, maux de tête violents, sensation de "coup de barre" dorsal et poussée fébrile à 39 °C.

La période d'état comporte 2 phases fébriles séparées par une défervescence en V de 24 heures :

  • une phase rouge de 3 jours, virémique, polyalgique, avec hyperthermie à 40 °C et plus, au cours de laquelle se produit une dissociation pouls - température ;
  • une phase jaune de 3 jours, hépato-néphrétique et hémorragique, avec ictère purpurique, hémorragies digestives aboutissant aux vomissements noirs, d'où le nom de "vomito negro", et protéinurie régulièrement croissante.

En cas d'évolution favorable, une défervescence en "lysis" en 48 heures, accompagnée d'une reprise de la diurèse, amène la guérison après 10 jours de maladie, durée maximale pathognomonique de la fièvre jaune.

La mort survient en hypothermie, après rémission brutale ou au début de la reprise, ou en hyperthermie vers le 8e jour, sans rémission.

Extension géographique

Répartition géographique du risque de contamination de la fièvre jaune

Légende :
zones endémique
zones où la fièvre jaune peut être présente

Pays traversés où le risque est élevé :

Prévention et vaccination

La fièvre jaune est souvent fatale alors qu'une vaccination protège pour 10 ans.

Vaccination

Une injection, l'immunisation est acquise 10 jours après une injection de vaccin pour une durée légale de 10 ans. Rappel tous les 10 ans.

Le vaccin peut provoquer des effets indésirable comme :

  • Petite fièvre, céphalées et douleurs dorsales vers le 4°-6° jour suivant la vaccination, pouvant durer 1 à 3 jours (5% des cas environ) ;
  • Réactions allergiques très rares ;
  • Exceptionnelle méningo-encéphalites en règle chez des nourrissons de moins de 3 mois.

Contre-indications

  • Affections malignes évolutives ;
  • Maladies infectieuses aiguës ou subaiguës évolutives ;
  • Déficits immunitaires congénitaux et acquis, traitements immunosuppresseurs, traitements par corticoïdes au long cours, chimiothérapies ;
  • Glomérulonéphrite chronique ou néphropathie aiguë ;
  • Antécédents neurologiques, encéphalopathies ;
  • Allergie vraie aux protéines de l'oeuf ;
  • Femme enceinte et enfants de moins de 6 mois sauf contexte épidémique particulier.

Traitement

Il n'existe aucun traitement spécifique de la fièvre jaune qui est une maladie virale.

Seul un traitement symptomatique est possible, notamment contre la fièvre et la déshydratation. Il permet d'améliorer l'évolution de la maladie dans les cas les plus graves, mais il est peu accessible dans les zones défavorisées. L'extrême fragilité du malade demandera une grande prudence dans l'application d'un tel traitement.

Le malade devra être isolé sous moustiquaire pendant au moins 5 à 6 jours.

Ressources

Joomla SEO powered by JoomSEF