Vous êtes ici : Franky & YonYon Carnet de route Pays Dogon, épisode 2 Bandiagara English Arabic Chinese (Traditional) German Italian Portuguese Russian Spanish
 
 

Pays Dogon, épisode 2 Bandiagara

PDFImprimerEnvoyer

Mis à jour (Mardi, 30 Novembre 1999 01:00) Francky & Yonyon 1646 Clics

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Après avoir désensablé Patron et Julie, nous nous sommes rendus à Bandiagara. C'est la capitale du pays Dogon.

C'est là que nous avons contacté Aly Guindo, il est guide. C'est l'oncle de Nouhou, le jeune médecin que nous avions rencontré à Sikasso.

Aly nous a fait garer les camions à côté de sa maison. Patron et Julie sont partis se garer à l'extérieur de la ville.

BALADE DE SANGHA A IRELI

Patron et Julie nous ont abandonné pour cette balade. Ils étaiant tombés malades.

Nous sommes partis tôt avec le camion à Joël pour rejoindre le village de Sangha. Sangha est à 40kms de Bandiagara mais il nous aura fallu 2h pour y arriver. La piste n'est pas en très bon état ! Nous avons garé le camion et sommes partis à pied.

Pour cette balade, Patron m'avais prêté une genouillère: une révolution !

Sangha est en haut de la falaise. nous sommes descendu pour arriver au village de Iréli. Le descente est magnifique ! Les enfants du village nous ont suivi de partout mais Aly nous a expliqué que les enfants attiraient les touristes sur des lieux sacrés pour qu'ensuite leurs parents nous demandent de l'argent !

Nous nous sommes arrêté de 10h30 à 14h30 dans une auberge de Ireli. Nous étions les seuls. Apparemment, lorsqu'il y a des touristes, ce genre d'auberge est bondée (40 personnes !). Les guides sont obligé de réserver des places en avance. On a quand même de la chance !

Après ce repos, nous avons longé le bas de la falaise et traversé différents villages. nous avons même vu 2 crocodiles dans une petite marre. Apparemment il n'attaque personne. Ils mangent des poissons et les gens leur apporte parfois des poulets.

Une fois au village de Banani, nous avons monté la falaise pour rejoindre Sangha. A Banani s'organisait un enterrement animiste. L'enterrement avait lieu 1 an après la mort.

Les enterrements animistes ont lieu entre 6 mois et 1 an après le décès. C'est le temps qu'il faut à la famille pour organiser les funérailles. Les gens viennent par centaine de tous les villages alentour pour manger, boire, danser.

Alors que nous montions la falaise, nous avons croisé des dizaines de personnes qui s'y rendaient.

LA VILLE DE BANDIAGARA

Nous avons pu bien profiter de Bandiagara. Nous avons trouvé la ville calme et les gens agréables.

Nous avons vu le palais d'Aguibou, une belle construction en banco.

Le marché a lieu le lundi. nous avons eu la chance de pouvoir y aller.

BALADE AUX TROIS YOUGAS

Cette fois c'est Joël qui ne viens pas avec nous. C'est une balade qui nous aura coutée plus cher mais qui vallaient vraiment le détour.

Les 3 Yougas sont les villages de Youga-Nah, Youga-Dogorou et Youga-Piri.

Nous avons dû louer un 4X4 et un chauffeur pour se rendre au premier village de Youga-Nah, au pied de la falaise.

Nous avons ensuite grimpé la falaise pour se rendre à Youga-Dogorou. La montée n'a vraiment pas été évidente de bon matin ! Ça grimpe vraiment à pic pour se rendre à ce village.

Les femmes font des aller-retour du bas de la falaise jusqu'à leur village tout les jour pour aller chercher de l'eau. Elle grimpe la falaise en portant leur eau sur la tête ! Ils ont fabriqué une réserve dans le village. Elle permet de stoker l'eau de la saison des pluies mais cette réserve ne dure que 3 mois.

Ici les gens font de la vannerie.

Nous avons ensuite continué à monter et à prendre des "échelles dogons" pour arriver au sommet de la falaise. Nous l'avons ensuite traversée et sommes légèrement redescendu pour arriver au village de Youga-Piri.

Ce village est construit sur la falaise. Nous n'avons pas le droit d'acceder au haut du village où réside le hogon (le chef animiste).

Nous passons devant une maison réservée aux femmes qui ont leurs règles. Cette maison est légèrement en dehors du village. Les hommes n'ont pas le droit d'y venir.

Nous avons mangé à Youga-Piri puis nous avons redescendu la falaise où notre 4X4 nous attendait.

ALY ET SA FAMILLE

Nous avons vraiment été reçu comme des rois par Aly et sa famille. Ils nous ont invité à manger tous les jours ! Les enfants étaient de vrais fripons ! La femme de Aly est coiffeuse. Je me suis donc offert des tresses ! C'était sympa mais ça n'a tenu que 6 jours...

Avant notre départ, nous avons organisé une "séance cinéma". J'avais acheté des DVD à Bamako. Nous avons passé "La revenante". C'est un film en bambara sous-titré en français (idéal pour travailler notre bambara !). Ce fut très intéressant de voir un film malien et plutôt drôle (le jeu des acteurs, la façon de filmer, l'histoire...)!

Aly Guindo, en plus d'être une personne sympathique est un excelent guide. Il fait des circuits pour "Point Afrique". Il connaît vraiment son domaine et s'intéresse beaucoup à la politique. On peut vraiment avoir des discutions intéressantes avec lui.

Il organise des circuits particuliers au pays dogon à un rythme agréable. Pour le contacter:

Aly Guindo

guide touristique

région de Mopti

BANDIAGARA 1er quartier                                              Tel: 00223 79 10 62 26

UNE PAYS DOGON SANS TOURISTES

Cette année est vraiment catastrophique pour les habitants du Pays Dogon et autres maliens qui vivent du tourisme.

Depuis que les pays occidentaux déconseillent de venir, beaucoup de voyages organisés ont été annulés et ceux qui voyagent seuls ne viennent plus. Cela pose de gros problèmes aux personnes qui ne vivent que de ça: guides, auberges, vendeurs de souvenirs...

Les maliens ne comprennent pas et trouve injustifiée la position des occidentaux. Il n'y a jamais eu aucun problème au Pays Dogon. Pourquoi les problèmes d'Al Quaida dans le désert devrait se répercuter ici ?

Depuis le jet de la bombe lacrymogène devant l'ambassade de France à Bamako, il semblerait que l'angoisse (un peu injustifiée) soit montée !

Tout ce que souhaite les maliens, c'est que les touristes reviennent. Il n' y a pas grand chose à craindre au Mali !

Joomla SEO powered by JoomSEF